Trouvez votre raison d’être et vous trouverez votre voie.

Trouvez votre raison d’être et vous trouverez votre voie. Comme le dit le vieil adage, « quand on veut, on peut ». Le fait de trouver la volonté nécessaire permet de trouver sa voie. Sans volonté, le chemin est trop difficile. Sans passion, il est difficile d’accomplir quoi que ce soit. « Si tu veux quelque chose, sois passionné. » La passion insuffle de l’énergie dans votre vie. Si vous désirez quelque chose que vous n’avez pas, demandez-vous pourquoi vous aimez ce que vous désirez et pourquoi vous ne supportez pas d’en être privé. Alors, vous trouverez l’énergie pour aller chercher ce que vous désirez par tous les moyens.


Vous pouvez donc commencer par dresser une liste de tout ce que vous aimez et de tout ce que vous détestez.

Par exemple :

J’aime/j’aimerais :

Être heureux en couple ; continuer à évoluer ; aider les gens que j’aime ; partager ; être utile aux autre ; être libre ; être riche ; pouvoir acheter tout ce que je veux ; les belles choses ; avoir des gens à mon service pour faire ce que je n’aime pas faire.

Je déteste :

Être malheureux ; stagner ; ne pas être un soutien pour ceux que j’aime ; être pauvre ; devoir travailler ; me restreindre ; devoir faire des choses que je ne veux pas faire.


Posez-vous au calme et identifiez ce que vous aimez et ce que vous détestez. Poursuivez l’exercice en précisant votre raison d’être. Lorsque vous avez fini, montrez-le à votre conjoint si vous en avez un, ou quelqu’un qui vous est cher et qui vous aidera à réaliser vos rêves. Mais attention, il n’est pas forcement utile de le partager aux autres. Je ne vous le conseille d’ailleurs pas. Consultez régulièrement le papier sur lequel vous avez écrit vos rêves, vos objectifs et vos plans, rappelez-le vous souvent, demandez de l’aide, ayez confiance en vous, ayez soif d’apprendre et, avant que vous ne le réalisiez, des choses formidables se produiront.


Voici la première étape qu’il vous faudra entreprendre. Qu’est-ce qui vous pousse à persévérer ? Qu’est-ce qui vous motive à sacrifier votre temps précieux à faire ce qu’il vous faut faire pour atteindre votre objectif ? La réponse est : votre raison d’être. Il s’agit de ce quelque chose qui anime votre âme et qui vous pousse à persévérer lorsque les choses ne se déroulent pas comme prévu. C’est cette récompense personnelle au sortir de l’orage qui vous inspire et vous motive. Votre raison d’être, c’est ce qui vous donne le sourire rien que d’y penser.


Voici quelques exemples de raisons d’être :

• Je veux me lancer dans un projet qui m’anime, mon rêve de toujours ;

• Je veux partager avec mon conjoint et être son soutien lorsqu’il en a besoin ;

• Je veux créer mon organisation à but non lucratif qui aide des personnes qui en ont besoin;

• Je veux apprendre ou reprendre d’un instrument de musique ;

• Je veux vivre au soleil et partager, lire, méditer et faire du sport tous les jours ;

• Je veux voyager aux quatre coins du monde avec ma femme ou mon mari, sur un catamaran, en avion... ou un yacht.

Au début, lorsque vous essaierez de définir votre raison d’être, vous penserez peut-être à des raisons comme :

• Je veux gagner plus d’argent ;

• Je veux être indépendant financièrement ;

• Je veux prendre ma retraite ;

• Je veux acheter une nouvelle maison ;

• Je ne veux pas d’emploi salarié.


Voilà autant de raisons d’être, mais est-ce qu’elles vous inspirent ? Est-ce qu’elles vous parlent ? Ces raisons sont-elles assez fortes pour vous aider à surmonter les erreurs que vous serez susceptible de commettre et les obstacles que vous pourrez rencontrer ? Probablement pas. Lorsque vous parviendrez à identifier votre raison d’être, cela insufflera une force nouvelle en vous. Lorsque vous serez à terre, elle vous aidera à vous relever. Une remarque en passant : votre raison d’être évoluera en même temps que vous évoluerez. Lorsque vous trouverez votre raison d’être, foncez ! Fêtez cela comme il se doit ! Puis passez à une autre raison d’être. Continuez à évoluer. Toujours.


DÉCOUVREZ VOTRE RAISON D’ÊTRE

Nous avons chacun une raison d’être différente, mais nous ressentons tous ce besoin impérieux de la découvrir. Pour ce faire, il faut d’abord trouver un endroit au calme, sans sources de distraction (ce peut être un challenge en soi !). Choisissez un environnement qui vous permet d’être en communion avec vos pensées.


Deuxièmement, prenez le temps. Ne hâtez pas les choses. Vous découvrirez peut-être votre raison d’être immédiatement (vous savez peut-être déjà ce que c’est) ou vous aurez peut-être besoin de moments de réflexion solitaire pour la découvrir. Accordez-vous le temps nécessaire au bon déroulement de ce processus.


Troisièmement, il faut procéder par écrit. Ne réfléchissez pas à ce que vous écrivez. Contentez-vous d’écrire tout ce qui vous passe par la tête. Personne d’autre que vous n’y aura accès (sauf si vous décidez de le montrer à des très proches). Ce n’est pas un test. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses. C’est un processus de découverte de soi. Dans bien des cas, vous aurez l’impression d’éplucher les couches d’un artichaut pour atteindre le cœur et obtenir les vraies réponses à vos questions, mais le jeu en vaut la chandelle. Écrivez les réponses à toutes vos questions jusqu’à ce que vous ayez l’impression d’avoir fait le tour du sujet ou jusqu’à avoir une révélation.


Les questions suivantes peuvent vous aider à découvrir votre raison d’être.

1. Si je n’avais plus à travailler pour gagner ma vie et que je pouvais consacrer tout mon temps à faire ce que j’aime, que ferais-je du temps qu’il me reste à vivre (après de longues vacances bien méritées) ?

2. OK. Maintenant, allons plus loin. Quelle est la raison la plus intime me poussant à poursuivre et à atteindre cet objectif ? Quel est mon véritable souhait ?

3. Mieux encore. Quelle est la raison la plus sincère qui me pousse à faire ce qui est nécessaire pour atteindre mon objectif ? Quelle est la véritable raison qui m’anime ?

Continuez à vous poser cette troisième question, approfondissez à chaque fois, jusqu’à ce que votre raison d’être devienne limpide. Lorsque cela sera le cas, vous le saurez. Voici comment trouver progressivement les réponses les plus enfouies à vos questions.


Quelle est ma raison d’être

Je ne veux pas aller au travail tous les jours. Pourquoi ? Parce que cela me prend tout mon temps et que je suis trop fatigué pour faire autre chose. Pourquoi ? Je n’ai pas de temps pour m’occuper de moi ou de ma famille. Pourquoi ? J’ai de bonnes idées pour mon entreprise mais je suis trop accaparé par le travail au lieu de me concentrer sur d’autres alternatives. Pourquoi ? Mon unique source de revenus est mon travail donc tant que je ne l’aurais pas remplacé par une autre source de revenus, je suis coincé. Pourquoi ? Comme je suis coincé, ma famille l’est également. Pourquoi ? Parce que nous ne passons pas assez de temps ensemble. Pourquoi ? Si j’avais des sources de revenus passifs, ils pourraient faire partie de l’aventure. Pourquoi ? Nous pourrions diriger l’entreprise ensemble. Je pourrais partager ma passion avec mon conjoint et nous pourrions apprendre et grandir ensemble. Ce serait une expérience éducative de terrain formidable pour toute ma famille. Ma raison d’être est de partager avec ma famille. Nous pourrions alors partager nos expériences du quotidien, apprendre et grandir ensemble. Je veux être heureux et libre.


APPRENEZ À VOUS CONNAÎTRE

Il vous faut définir la personne que vous voulez être pour atteindre votre objectif. Le titre de cette partie est « Apprenez à vous connaître ». Qu’est-ce que cela signifie ? Notre petite voix semble être celle de quelqu’un d’autre. La voix dans notre tête détruit tout notre potentiel. Si nous n’apprenons pas à dompter la petite voix dans notre tête, nous ne pouvons pas aller de l’avant pour atteindre nos objectifs. Parfois, la petite voix est retentissante, parfois elle est faible. Notre petite voix se manifeste en présence de six obstacles personnels. En apprenant à reconnaître ces obstacles, nous apprenons à les surmonter et à faire taire la voix qui les accompagne.


Ces six obstacles sont :

• la peur ;

• le cynisme ;

• la paresse ;

• les mauvaises habitudes ;

• l’arrogance ;

• la déception.

Analysons-les en détail.


Obstacle n° 1 : La peur

La peur est la pire des émotions pour réussir sa vie ! La peur d’échouer, de faire des erreurs s’accompagne de la voix la plus retentissante. Mais la peur en elle-même n’est pas le véritable problème. C’est la façon dont les gens gèrent la peur qui compte. « La principale différence entre les gens qui réussissent et ceux qui échouent est la façon dont ils gèrent la peur. » La véritable raison expliquant l’absence de réussite est la propension des gens à jouer la carte de la sécurité. La peur de l’échec et des erreurs est plus forte que l’enthousiasme que provoque la réussite. Les perdants le sont car ils ont peur de l’échec. Les gagnants s’en inspirent. Il suffit simplement d’apprendre de ses erreurs. La plupart d’entre nous avons grandi avec l’idée que les erreurs sont quelque chose de mal et qu’il convient de les éviter à tout prix. Nous avons tendance à considérer les erreurs comme le signe d’une intelligence limitée. Plus vous faites d’erreurs, plus vous êtes stupide. Les erreurs sont autant d’occasions d’apprendre quelque chose de nouveau. « Il y a quelque chose de magique qui se cache derrière chaque erreur. Ce quelque chose de magique est ce qu’on appelle l’apprentissage. » Plutôt que d’apprendre à éviter les erreurs, il est important d’apprendre l’art de transformer chaque erreur en occasion de devenir plus sage. Il n’est pas facile d’apprendre de nos erreurs et de nos échecs. La façon dont nous réagissons face à ces événements en dit long sur qui nous sommes. Voici un échantillon des petites voix qui décrivent les différentes réactions aux échecs financiers. Laquelle est le plus retentissante dans votre tête ?


Après avoir réalisé que vous avez fait une erreur, il est difficile de ne pas se laisser submerger par l’une de ces voix. Rejetez la faute sur les autres, faire demi-tour, tapez-vous la tête contre les murs. Mentez. Pleurnichez. Lamentez-vous. Mais si vous voulez atteindre vos objectifs, il vous faudra laisser une autre voix prendre le contrôle de votre cerveau : la voix responsable. La voix responsable demande : « Quel enseignement précieux puis-je tirer de cette erreur ? » Pensez à trois erreurs que vous avez faites. Quelles leçons en avez-vous tiré ou pouvez-vous en tirer aujourd’hui ? Prenez un moment pour enregistrer votre réflexion.


Obstacle n° 2 : Le cynisme

Nous avons tous une part de Chicken Little en nous. Vous vous souvenez de Chicken Little, le personnage de la fable enfantine qui arpentait la basse-cour en alertant les autres animaux que le ciel était en train de leur tomber sur la tête. Chicken Little est un Cassandre. C’est un cynique par excellence. Nous sommes entourés de Chicken Little, surtout dans le monde du bien-être paradoxalement. Si vous souhaitez atteindre VOS objectifs, vous devez arrêter d’écouter leurs gloussements. Pourquoi devons-nous ignorer les cyniques ? Parce que les cyniques ne gagnent jamais. Ce sont des Cassandre apathiques qui passent leur temps à répandre la peur. Ce sont les gens qui savent évaluer correctement une situation qui finissent par tirer leur épingle du jeu, c’est-à-dire les analystes. Le cynisme vous empêche de voir les opportunités, alors que l’analyse vous ouvre les yeux sur les possibilités qui s’offrent à vous. Le cynisme mène à l’immobilisme, alors que l’analyse provoque l’action. Êtes-vous assez fort pour dompter votre cynisme ? Pensez aux choses dont vous aimeriez qu’elles se produisent et aux choses dont vous aimeriez qu’elles ne se produisent pas. Recensez tout ce qui vous passe par la tête. Remarque : si la liste des choses dont vous ne voulez pas qu’elles se produisent est plus longue que la liste des choses que vous aimeriez voir se matérialiser, il se peut que vous laissiez le doute et la peur cadenasser votre esprit au lieu d’ouvrir vos yeux.


Obstacle n° 3 : La paresse

Voulez-vous connaitre un secret édifiant ? Les gens occupés sont souvent les plus fainéants. L’affairement est une forme d’évitement. Si vous vaquez à mille occupations, vous évitez certaines choses auxquelles vous ne voulez pas faire face, comme faire de l’exercice ou prendre soin de votre santé. Quel est le remède à l’oisiveté ? Un peu de cupidité. « Une minute, allez-vous me dire. La cupidité, ce n’est pas censé être mauvais ? » En excès, oui. L’excès en toute chose est mauvais. Il est préférable de choisir la voie du milieu ; la voie de l’équilibre. Cela étant, le fait est qu’au plus profond de nous, nous désirons tous posséder des choses nouvelles ou palpitantes. Nos parents et les gens qui nous entourent nous ont répété qu’il fallait éradiquer ce désir. On nous a fait culpabiliser. Combien d’enfants ont demandé quelque chose à leurs parents et se sont vu répondre : « Tu crois que l’argent tombe du ciel » ? À vrai dire, la culpabilité est pire que la cupidité. La culpabilité étouffe les rêves. Lorsque nous arrêtons de nous dire que la vie est trop mouvementée pour que nous puissions la changer, et que l’on se dit qu’il est temps de mettre un terme à cette routine métro-boulot-dodo et de trouver de nouvelles façons d’avancer, nous commençons à nous guérir de notre paresse. Soyez un peu cupide. Recensez les choses que vous désirez réellement, sans vous soucier de ce que les autres penseront. Soyez honnête avec vous-même. Lorsque vous aurez fini, prenez un peu de recul et analysez votre liste. Ne vous demandez pas comment vous pourriez réaliser les choses qui figurent sur votre liste, mais plutôt comment faire pour les réaliser.


Sortez ces petites voies intérieures destructrices : Le menteur« Je ne sais pas ce qui s’est passé. » L’accusateur« C’est de la faute des autres. » Le justificateur« Je ne voulais pas vraiment cet objectif de toute façon. » L’abdicateur « Je t’avais dit que ça ne marcherait jamais. C’est trop compliqué, j’abandonne. » Le dénégateur « Non, il n’y a aucun problème. Quelle erreur ? Ça va aller. »


Obstacle n° 4 : Les mauvaises habitudes

Lorsque vous appliquez les mêmes schémas, est-ce que cela fonctionne… ?Probablement pas… Lorsque vous payez vos factures le premier jour du mois, vous reste-t-il de quoi vivre ? C’est peut-être la raison principale pour laquelle vous ne vous en sortez pas financièrement : vous avez de mauvaises habitudes. La pire des habitudes financières consiste à payer ses créanciers avant de se payer soi-même. Cela ne signifie pas que vous ne devez pas payer vos factures en temps et en heure. Cela signifie que vous devez vous payer en premier, faire croître votre patrimoine, même si vous êtes à court d’argent. « Tout est une question de motivation. Qui criera le plus fort en cas de défaut de paiement : vous ou vos créanciers ? La réponse est évidente : les créanciers. Les créanciers sont des gros bras. La pression qu’ils exercent sur vous pour que vous les remboursiez est tellement grande qu’elle vous poussera à chercher d’autres sources de revenus que l’argent que vous gagnez en travaillant pour un tiers. » Ce que la paresse vous empêche de faire, la pression vous y contraindra. En vous rémunérant en premier, vous deviendrez plus fort mentalement et financièrement et, donc, mieux armé pour faire face aux gros bras. L’exemple est ici financier mais c’est bien sûr la même démarche pour tout objectif.


Obstacle n° 5 : L’arrogance

L’arrogance, c’est quand l’ignorance se greffe à l’ego. L’ignorance se cache derrière l’ego. En matière de finances, il est facile de buter sur sa propre ignorance et d’échouer. Lorsque vous êtes arrogant, vous pensez que les choses que vous ignorez sont sans importance. Or, ce que vous ignorez est aussi important que ce que vous connaissez. Plutôt que de cacher votre ignorance derrière le masque de l’arrogance et de vous mentir jusqu’à l’échec, faites en sorte d’apprendre pour réussir. Le véritable baromètre de votre arrogance est la franchise dans tout ce qu’elle a de plus brutal. Au plus profond de vous, vous savez parfaitement ce que vous ignorez, quand bien même vous parvenez à le cacher au monde extérieur. Allez de l’avant et admettez votre ignorance. Et plutôt que de vous flageller, instruisez-vous. Allez chercher les connaissances qui vous permettront d’agir avec sagesse.


Obstacle n° 6 : La déception

La plupart des gens font de leurs déceptions un boulet dont ils ne parviennent plus à se défaire. « J’aurais dû savoir que j’échouerais. » C’est ce que disent les gens qui arrêtent d’apprendre à cause de leurs déceptions passées. À l’heure de vous lancer dans le périple qui vous mènera vers votre réussite : « Prépare-toi à subir des désillusions. » Pourquoi ? Car si vous vous préparez à subir des désillusions, vous pourrez éventuellement transformer vos échecs en atouts. Si vous êtes capable de faire face à l’échec, de contrôler vos émotions et d’utiliser vos échecs pour acquérir de nouvelles compétences financières, vous vous épanouirez. Arrêtez de penser que tout peut être parfait.


CHANGEZ D’ÉTAT D’ESPRIT,CHANGEZ DE VIE

Si des pensées négatives sont ancrées en vous, vous devez comprendre leur véritable signification. Par exemple, si vous vous dites : « Je ne peux pas réaliser mes rêves, j’ai une famille à prendre en compte », le véritable sens de votre propos est peut-être « j’ai peur d’échouer » ou pire encore car plus insidieux « j’ai peur de réussir ». Il est temps de creuser plus profond pour déterrer vos vérités personnelles. Notez sur une feuille de papier les remarques négatives que vous vous murmurez à vous-même et, après une introspection honnête, notez la vérité personnelle qui se cache derrière chacune de ces remarques. Parfois, nous nous répétons en boucle dans notre tête ces remarques négatives, comme une rengaine sans fin. Une fois que vous savez quelle vérité se cache derrière vos commentaires acerbes, répliquez. Lancez-vous dans une confrontation en votre for intérieur ! Trouvez des arguments pour contrer chaque remarque. Si vous avez du mal à identifier ce qui vous freine, tenez un journal de bord. Lorsque vous parvenez à identifier le mécanisme derrière chaque remarque négative, répétez cet exercice. Ne laissez pas des pensées refoulées saper votre énergie et votre motivation. Déterrez-les et libérez-vous pour aller de l’avant. Recensez 10 pensées négatives et la vérité personnelle qui se cache derrière chacune d’elles.

Par exemple : PENSÉE NÉGATIVE : « Je suis incapable de le faire. » VÉRITÉ PERSONNELLE : « J’ai peur d’essayer. »


ENFIN, TROUVER SA VOIE

Ce n’est pas la voie empruntée, mais la raison d’être de tout agissement qui est le plus important. C’est la raison d’être qui nous donne le courage de trouver notre voie.

Vous devez vous fixer un objectif

La première étape consiste à se fixer un objectif. La question est : comment faire ? Qu’est-ce qu’un objectif réaliste ? Quelles sont les étapes nécessaires à sa réalisation ? Fixer un objectif vous donnera l’énergie nécessaire pour réussir. Il est important de comprendre que le simple fait de décider de faire quelque chose ne signifie pas que vous allez vous y tenir. Votre raison d’être et la personne que vous voulez devenir vous commandent de passer à l’acte. La raison pour laquelle la plupart des gens n’exploitent pas leur potentiel et ne passent pas à l’acte est qu’ils n’ont pas une raison d’être assez forte. Dès que l’on trouve sa raison d’être, il est possible de trouver sa voie. Référez-vous à l’article du mois dernier pour déterminer votre objectif personnel de type SMART.


LIBERTÉ VS SÉCURITÉ : LE CHOIX VOUS APPARTIENT

Lorsque vous aurez fini ces exercices, vous aurez fait votre choix : vous aurez choisi la liberté. C’est le meilleur choix pour ceux qui souhaitent vivre une vie meilleure.

« Tôt ou tard, les gens veulent davantage de sécurité et en paient le prix en renonçant à leur liberté. Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais, de nos jours, l’enseignement se concentre plus sur la sécurité de l’emploi que sur la liberté financière. Le problème est que la plupart des gens ne savent pas que le prix à payer pour obtenir la sécurité est de renoncer à la liberté.

« Si vous choisissez la sécurité, on vous dira toujours quand vous devez travailler, combien vous gagnerez et quand vous pourrez prendre votre pause déjeuner. C’est le prix de la sécurité. » À terme, la récompense de votre périple sera non seulement la liberté, mais également la confiance en soi que vous allez acquérir, car elles vont de pair. La raison pour laquelle la plupart des gens renoncent à leurs rêves est qu’ils laissent la médiocrité l’emporter sur leur ambition. Il vous faudra travailler quotidiennement pour prendre le pas sur la médiocrité. Même si vous n’excellez pas en tout, persévérez et votre existence changera, pour le meilleur. Ne fuyez jamais face à ce que vous devez apprendre. Affrontez votre ignorance, vos craintes et vos doutes. Faites des erreurs et tirez-en les enseignements qui s’imposent.


Vous avez désormais les outils nécessaires qui vous permettront de changer votre façon d’appréhender la vie. J’espère que vous en avez également appris davantage sur vous, sur vos attitudes, sur votre propension à fuir le changement et les risques. Être libre signifie avoir plus de choix, mais moins de sécurité. Au début, du moins. Nous avons tous le choix. Vous pouvez choisir d’atteindre vos rêves, de les vivre par procuration ou de rester dans la peur et d’atteindre des objectifs secondaires. Si vous décidez d’avancer, il vous faudra apprendre les nouvelles règles du jeu. Cela requiert un état d’esprit différent et une certaine forme d’ouverture. Vous serez libre de réussir ou non. Votre amour, votre courage et vos connaissances vous permettront d’être libre d’atteindre vos objectifs et votre raison d’être. Le choix vous appartient. Peu importe ce que vous décidez de faire, cet article vous aidera à améliorer votre existence.


Belle réussite à toutes et tous !



375 vues

Infos légales : Copyright © le cercle de vie - 2020 - Toute reproduction, même partielle, est interdite sans autorisation préalable.

Le Cercle de Vie

Les 4 accords Toltèques