Astuces pour trouver ton chemin (par Don Miguel Ruiz)

Pour trouver ton chemin dans ce monde il te suffit de répondre à trois questions :


- Qui suis-je ?

Tu seras qui tu es quand tu te rendras compte de ce que tu n’es pas.


- Qu’est-ce qui est réel ?

Tu le sauras quand tu accepteras ce qui n’est pas réel.


- Qu’est-ce que l’amour ?

Tu connaîtras l’amour quand tu prendras conscience de ce qu’il n’est pas.



1- Qui suis-je ?


Pour tenter de résoudre le mystère de notre identité véritable, nous disposons de quelques merveilleux outils.


- Le premier et le pouvoir de l’attention. Nous le voyons dans les 4 accords Toltèques. C’est grâce a notre attention que nous pouvons remarquer ce qui se passe et apprendre.

Au fil du temps nous apprenons à maîtriser l’art du somnambulisme. Nous ne pensons plus avoir besoin d’être attentif, car nous sommes sûrs de savoir ce qui se passe autour de nous.


- Le deuxième outil est la mémoire. Elle est stocké dans de la matière entre parenthèses notre cerveau. On peut entreposer tous les souvenirs d’une vie dans un cerveau, mais ce n’est pas pour autant que ceci est réel. Nous enregistrons des impressions.


- Le troisième est meilleur outil est l’imagination. Elle est une forme de super pouvoirs. Nous visualisons mentalement quelque chose, puis nous lui donne envie.


En envisageant le pire nous faisons apparaître la peur dans notre corps physique et nous la propageons autour de nous.


Nous pouvons placer notre attention sur un objectif qui nous anime : devenir plus conscients.


Vous n’êtes pas ce que vous croyez le moment serait opportun pour décider quel genre de leader vous aimeriez que le mois soit. Le moment serait opportun pour que vous contempliez votre création et que vous procédiez à des changements inspiré.


Il est intéressant de constater de quelle manière chacun d’entre nous se crée une réalité personnelle. Il est également intéressant de voir jusqu’où nous allons pour la défendre. Mais au lieu de la protéger nous pouvons l’améliorer. Il suffit de quelques prises de conscience fondamentales pour réussir une révolution. Il est important de voir comment le système a été mis en place. Il est en effet utile de comprendre comment nous en sommes arrivés là, où nous en somme est-ce que nous pouvons faire pour changer notre monde.


La conscience et l’aptitude à voir les choses telles qu’elles sont. Il n’est jamais trop tard pour ouvrir les yeux.


Les parents racontent des histoires pour gérer leurs enfants. Pour les discipliner. Pour les préserver du danger. Mais les parents eux-mêmes subissent d’influence des leçons strictes qu’ils ont apprises durant leur enfance.


En remettant en question nos propres règles, nous pouvons retrouver la liberté d’agir et de réagir dans la sincérité. Nous reprenons alors le chemin de l’authenticité.


Lorsqu’on laisse le mental fonctionner, on s’éloigne de ce que l’on est vraiment.


La plupart des problèmes relationnels sont liés aux faites que votre mental veut avoir raison et a décidé que les autres ont tort.


La plupart des gens déclare un bon millier de petites guerres sur toute une vie, combattants la moindre critique ou opinion adverse.

Ayant le sentiment qu’on ne vous respecte pas, vous vous mettez à ne pas respecter les autres. Tout cela inhibe votre penchant naturel à l’amour et la générosité.


Lorsque nos lois personnelles prennent trop d’importance, nous perdons de vue toute notion de justesse et toute empathie.


Vos croyances et idéologies peuvent vous donner l’impression d’être ce qu’il y a de plus essentiel en vous, mais tel n’est pas le cas. Elles constituent un mode de pensée qui nous sécurise et peut même donner un sentiment de supériorité. Nous leur donnons une grande charge émotionnelle, mais n’ont pas de pouvoir propre.


Songez à vos croyances. Sont-elles plus importantes que ce que vous êtes vraiment ?

Sont-elles plus précieuses que l’amour ?


Lorsque l’on cesse de tenter de nous défendre, on trouve une paix inattendue.


On ne peut donner ce que l’on n’a pas ; aussi le respect doit commencer par soi-même.


Vous passez à côté du moment présent et, bientôt, lui aussi fera partie du passé.


Un mental indulgent est juste, car le pardon guéri.


Nous voulons à tout prix avoir raison et, lorsque l’on nous montre qu’on a tort, nous en souffrons.


Vous n’êtes pas votre corps, mais le gardien de son bien-être et de son intégrité.

Vous n’êtes pas les histoires que vous vous racontez.

Vous n’êtes pas non plus le personnage principal de ses histoires, alors que vous croyez l’être.

Vous n’êtes pas votre mental mais vous êtes responsable des messages qu’il envoie.


Souvenez-vous, vous ne pouvez donnez ce que vous n’avez pas. Si vous voulez être plus compatissant, vous devez vous traiter avec compassion. Si vous voulez propager la vérité autour de vous, cessez de vous mentir. Si vous voulez aimer quelqu’un de la manière la plus authentique qui soit, aimez-vous sans poser de conditions.