Le Retour de la Femme Bison Blanc

Home/Non classifié(e)/Le Retour de la Femme Bison Blanc

Je suis rentrée à Paris après deux stages en Ardèche. Je me repose après 6 jours intenses de partage en cercle , de voyages chamaniques en groupe,  de cérémonies du feu, de rites de passage pour les femmes de sagesse, de ballade en haut du mont Gerbier de Joncs. Les échanges profonds et touchants, les larmes  jaillissantes, la fusée des rires, les chants à l’unisson et a capela résonnent encore dans mon coeur; l’ouverture des portes de la liberté et de l’amour s’est fait ; aux femmes de s’y engouffrer ou d’attendre encore de prendre leur pouvoir. Je croyais que mon travail était fini.

L’histoire Strauss-Kahn éclate. Comme je suis en France et que j’ai accès à un poste de télévision (ce que je n’ai pas choisi à Santa Fe), je peux suivre l’affaire au jour le jour; les titres de journaux nous soustraient de toutes façons à tout désir de ne pas être plongé dans l’événement! Pour avoir vu les remous provoqués par les l’auditions du Juge Clarence Thomas face à Anita Hill  qui l’accusait de harcèlement sexuel en 1991, je sais que les Etats unis prennent la chose très au sérieux.

Je vois les titres divers:” le complot”, “la descente en enfer,” et autres termes qui témoignent d’un certain parti pris; puis remontent à la surface, comme les cadavres après une noyade, des éléments, des témoignages d’autres femmes, journalistes, politiques, qui nous laissent penser que les accusations pourraient ne pas être dépourvues de fondement. Bien sur, nous devons garder l’idée de présomption d’innocence jusqu’à la preuve du contraire….. Je nage sur cet océan de nouvelles, et nous arrivons à sa libération sous caution grâce à sa riche femme, Anne Sinclair. Je mesure l’étendue financière du désastre devant les mesures exigées par la police américaine.

Je me couche après un journée passée à m’occuper de mon petit fils. Pendant la nuit du 20 Mai, je fais un des voyages les plus marquants de mes nuits ; il laisse son empreinte lorsque je me réveille au petit matin.

Je suis emmenée dans un voyage dans le temps et l’espace; dans le très long temps, celui de l’histoire humaine ; l’histoire va bien plus loin que celle que nous apprenons dans les livres avec les batailles et les disputes de territoire; l’histoire va pour reprendre un jeu de mot anglais: au delà de His-story (son histoire) pour aller dans Her-story (son histoire à elle). Cette histoire ne fut jamais écrite mais seulement transmise oralement. Elle dura non pas 6000 ans comme celle qui est écrite mais plusieurs centaines de milliers d’années.

Je vois les femmes et les hommes honorer la Terre Mère, pratiquer des rites de fertilité et faire tout leur possible pour lui rendre ce qu’elle leur avait donné.  Je vois toute l’histoire des femmes et des hommes dans un temps proche de l’éternité. Peut-être en fait cette vision ne dura que quelques micro secondes, un peu comme ceux qui croient mourir revoient leur vie entière en un instant.

Puis, je suis menée devant notre situation actuelle, devant la crise économique, devant les saisons déglinguées et les ressources du sol en tarissement. Je vois les requins de la finance se battre à coups de testostérone et les sols s’appauvrir.

Je vis alors la Femme Bison Blanc , figure ancestrale de la tribu Sioux.

La légende dit qu’ Elle était venue d’un bison blanc qui s’était transformé en une belle femme sous les yeux médusés de deux chasseurs indiens; l’un d’eux vit un être sacré en elle et la respecta; l’autre eut de la concupiscence; malgré les avertissements du premier, il voulut la saisir; une fumée s’éleva et les entoura de volutes; quand elle se dissipa, il ne restait plus que les os de l’homme.

Elle dit au second chasseur qu’elle était venue pour apporter à la nation Sioux des enseignements importants et notamment la cérémonie de la pipe sacrée, cérémonie de confraternité et de création de paix entre les tribus. Il l’emmena vers son village pour qu’elle éduque son peuple et leur transmette des enseignements sacrés.

La Femme Bison Blanc me parla:

“Ce qui se passe maintenant est la réplique de cette histoire. Certains hommes qui aiment le pouvoir ont oublié leur mission de soutien de la vie que la femme représente. Ce n’est pas seulement le corps de la femme qui contient le Mystère de la vie mais aussi la Mère Terre qui s’épuise , l’enfant qui souffre de carences de présence, d’éducation, de soin. Au lieu d’être dans son rôle de protecteur, au service du principe sacré de vie, il veut diriger, asservir, utiliser sans respect ce qui est offert pour son profit immédiat. Il commet de telles gestes prédateurs que l’on doit venir réparer ses graves erreurs; grâce à son intelligence, il met dans la misère ceux qui lui ont fait confiance et sème l’angoisse dans les familles. Parfois, ce sont les autres mères, celles qui ont conservé des récoltes ou des réserves pour les temps difficiles qui doivent leur venir en aide et les sortir des trous où ils sont tombés. Ce temps va cesser. Le féminin sacré doit être respecté. Certains hommes le comprennent et le veulent aussi; la plupart des femmes ne veulent plus que cette situation perdure ; certaines ne la voient pas et n’y pensent pas ou se taisent,  certaines aussi ont tellement d’amour dans leur coeur qu’elle veulent toujours réconforter l’homme en peine. Elles doivent apprendre maintenant à protéger la vie de leurs filles et éduquer leur fils pour qu’il devienne des gardiens de paix.

Regarde bien ce qui se déroule devant tes yeux et comprends ce qui se passe maintenant.”

Elle me regarda avec tristesse et aussi un grand espoir . Avec un geste de sa main, elle referma la porte qui m’avait donné accès à toute l’histoire humaine et me fit signe de retourner dans le monde de la réalité ordinaire.

Je me réveillai , en ressentant une clarté totale dans mon esprit.

Je vis alors la situation à travers ses yeux: Beaucoup d’hommes travaillent à améliorer la condition humaine dans tous les domaines : les sciences, les affaires,  l’éducation, la médecine, que sais-je encore; ils font de leur mieux pour soutenir la vie. Ils représentent  le premier chasseur. D’autres sont des prédateurs qui oublient l’équilibre de la terre,  qui ne pensent qu’à court terme pour leur profit personnel, s’affrontent à n’importe quel prix, même si cela doit mettre en péril la situation financière de leur femme ou des plus faibles qu’eux.  Un homme aujourd’hui est exposé aux yeux de tous; Il a pris le rôle du chasseur avide. Le paradoxe est qu’il s’occupait du monde en difficulté en proposant des solutions globales et souvent avec compassion, et était prêt à retourner vers son  peuple pour lui donner le meilleur de lui même; mais l’impeccabilité qu’il cherche, il ne la vit pas encore dans son corps physique; dans ce domaine, il semble qu’il soit un prédateur et non un partenaire. Il représente la situation dans laquelle nous sommes: les bonnes intentions ne sont pas encore vraiment mises en action dans le quotidien; on peut aussi voir l’attirance des hommes pour les femmes et je dirais plus souvent le corps des femmes comme cette intuition profonde et inconsciente qu’ils doivent retourner à la Source sacrée ,qu’ils pressentent en elles. C’est là  que réside le grand mystère dont parlent les amérindiens lorsqu’ils formulent la première loi cosmique: Tout vient du féminin. Un sage indien  l’a dit d’une autre manière: ‘les hommes regardent les femmes, et les femmes regardent Dieu’. Il est temps qu’elles retrouvent la conscience de porter ce mystère afin de le faire pleinement respecter.

L’amour d’une Anne Sinclair et d’une fille est compréhensible car intrinsèque à leur nature profonde; leur incapacité à l’aider à changer est par contre inquiétante; il existe ce que l’on appelle en anglais: ‘tough love’: l’amour intransigeant ; l’amour qui se met en colère et n’accepte pas les échappatoires ni la médiocrité. et si un jour toutes les femmes, les filles, les mères acceptaient d’ouvrir leurs yeux, de sentir leur souffrance, leur condition si pénible pour leur coeur ou leur corps, pour y puiser la force de changer le monde , au lieu de fermer les yeux sur l’énormité de l’évidence? Si elles refusaient comme l’ont fait les athéniennes de satisfaire même leurs époux qui légifèrent contre elles, si elles comprenaient enfin que leur vrai pouvoir réside dans l’ amour qu’elles déploient sans relâche dans leur famille; il doit se manifester MAINTENANT! Le saccage du féminin doit cesser. Que le deux lois cosmiques soient respectées à tout jamais: ‘Tout vient du féminin’; et ‘tu ne feras rien qui puisse faire du mal aux enfants jusqu’à la 7° génération’. Qu’hommes et femmes s’allient autour de ces grands principes. C’est l’inspiration de toutes les lois humaines.

Si Anne Sinclair peut mettre sa fortune à la disposition de son homme, en nous montrant comment l’amour est toujours une offre, une ouverture, un service, pouvons-nous mettre notre intelligence au service de la vie dans son mouvement continu, au service de nos frères et nos soeurs ? C’est le moment pour les femmes de retrouver leur rôle de leader, d’indicatrice de la direction à prendre , de fermeté vis à vis des lois fondamentales.

On pourrait remercier DSK de mettre ainsi à jour ce que l’on a persisté longtemps à nier, de révéler les ombres de notre société globale et de nous inviter à réagir; il est à ce point de transformation où les idéaux vont dans la défense de l’être humain mais où le corps et les émotions ne l’ont pas encore intégré; marcher sa parole, expression amérindienne est la preuve ultime du sage; comme  a dit justement Gandhi, ‘Soyons le changement que nous souhaitons voir dans le monde’.

Comme Anne, dans son amour, le féminin est prêt à apporter son soutien et son enseignement aux hommes émergents s’ils savent placer leur désir au niveau qu’il convient, s’ils savent demander (enfin!) leur chemin. C’est ce que nous attendons de tous les hommes. Encore faut il que les femmes aient la conscience de leur pouvoir intrinsèque et osent l’exprimer, soutenues par les hommes prêts à faire ce passage et ils sont maintenant de plus en plus nombreux; les femmes peuvent aller chercher au plus profond de leur nature véritable, la ressource essentielle au changement: l’amour.

C’est le message que la Femme  Bison Blanc me demande de transmettre. Si vous pensez qu’elle n’est qu’un mythe, je vous dirai que les grands mythes vivront toujours.

Maud Séjournant

Pour ceux qui souhaitent connaître la légende de la Femme Bison blanc, allez la lire à cette adresse: http://www.culture-amerindiens.com/article-197361.html

2017-11-22T16:32:53+00:00