La Relativité des Cultures

Home/Non classifié(e)/La Relativité des Cultures

Il existe une relation profonde entre le chamane et la terre où il vit; sa cosmologie est ancrée dans le relief spécifique qui l’entoure ; des histoires , des légendes , des récits de rencontre avec des esprits sont campés dans le paysage où il évolue; ainsi, par exemple, à Bali, les trois principaux volcans sont les colonnes vertébrales de l’île et la cosmologie balinaise décrit la relation de l’homme qui se situe entre la montagne et la mer; d’un côté vers le haut de l’île, du feu volcanique, des sommets cachés dans les nuages qui cachent les Dieux et le monde du divin, et de l’autre, la mer où l’on va répandre les cendres des morts dans l’univers aquatique vécu comme un peu effrayant et siège d’esprits inférieurs.
Dans la cosmologie péruvienne, les pics majestueux des Andes ont des attributs et pouvoirs spécifiques et l’esprit qui les habite à des qualités bien particulières liées à la forme de la montagne, au micro climat qui se forme autour d’elle. De même, le ciel nocturne de l’hémisphère sud offre un spectacle stellaire fort différent de celui de l’hémisphère nord; ainsi la constellation de la Croix du Sud, dans la Voie Lactée, sert de fondation à l’ensemble des mythes andins sur les origines et sur les forces en action dans le monde . Mais on ne la voit pas dans l’hémisphère nord.

Tous ces éléments terrestres et célestes sont les points de repère d’une carte initiatique qui est offerte à l’apprenti pour connaître les forces naturelles et par là se connaître lui même.

Plus le relief est extrême, c’est à dire comporte de grandes variations d’altitude ou de formes particulières (un pic, un canyon, une chute d’eau), plus la cosmologie , la vision du monde va dépendre de la spécificité de ce relief.  Ceci peut être tout à fait intéressant et passionnant pour ceux qui ont un esprit d’ethnologue et qui aiment découvrir les formes diverses, selon les lieux et les cultures, de la représentation du monde par les humains. Cela nous met face à la relativité de notre propre culture en nous montrant qu’il existe de multitudes d’autres perspectives. Il peut être alors utile de s’installer sur place, d’approfondir la cosmologie de telle ou telle culture pour trouver son propre chemin intérieur à travers cette culture.

Ayant compris cela avec la culture amérindienne, j’ai réalisé que je ne serai jamais vraiment à l’intérieur de la cosmologie de cette culture  car je ne l’ai pas vécue depuis ma tendre enfance; je n’ai pas été formatée à travers cette vision du monde; la connaissance que je peux en avoir plus tard dans ma vie ne me donnera jamais cette compréhension profonde que l’on peut acquérir quand on a grandi avec elle.

Mon voyage au Pérou m’a confirmé cela; la présence de ces montagnes andines si imposantes, de ces plateaux semi désertiques, de ce lac Titicaca à  haute altitude forme un univers si unique que la cosmologie ne peut qu’être unique aussi, comme l’est celle de Bali, ou des plaines américaines.

Ma mission personnelle est, comme je l’indique sur le titre de mon site, “vivre la sagesse des anciens dans notre vie quotidienne”; je suis donc plus intéressée par la manière dont nous allons intégrer une cosmologie que par la cosmologie elle même; ainsi, je ne fais pas de sweat lodge ni de cérémonie amérindienne spécifique dans mes stages; par contre j’offre un enseignement inspiré par cette sagesse qui va toucher l’aspect universel en chacun et qui va pouvoir donc immédiatement être utilisé dans notre culture occidentale, précisément parce qu’il va plus loin qu’une vision culturelle spécifique. La roue de Médicine est la cosmologie qui semble la plus universellement utilisée par les peuples premiers.

De mon coté, je souhaite enseigner, à travers la vision directe que j’ai de la nature et de son esprit, une manière de rentrer en contact avec les énergies des éléments de manière immédiate, sans interprétation culturelle, sans construction du mental cristallisé dans une tradition, mais dans la réalité d’une interaction directe et personnelle.

Nous pouvons en effet être enseigné directement par les éléments à travers des lieux qui parlent directement à notre âme, comme l’Islande. C’est l’endroit du monde où tous les éléments sont présents de manière brute (comme on parle de l’art brut) et évidente; nous ne sommes pas distraits par des temples, des vestiges architecturaux venant d’une tradition millénaire puisque le peuplement est très récent à l’échelle de l’humanité; les petits chevaux islandais si particuliers galopent en liberté dans l’île et sont 3 fois plus nombreux que les humains !

Nous sommes en direct avec les roches volcaniques noires et acérées, avec la silice blanche du Lagon bleu, avec les sommets de feu, avec l’eau sous forme gelée  ou mouvante  des multitudes de rivières sortant des glaciers; ce paysage nous offre l’occasion de méditations permanentes sur la Terre Mère et ses formes. Le ciel qui est éclairé près de 20 heures par jour en été nous fait désirer le noir de la nuit, nous fait réaliser à quel point obscurité et lumière jouent un ballet nécessaire sur la terre et aussi à l’intérieur de nous; il y a peu d’endroits au monde où tous ses éléments sont ainsi agencés sous la forme la plus puissante qui soit. Il est donc fascinant d’établir notre relation personnelle avec eux par delà toute interprétation humaine pré existante en étant ouvert à ce qu’ils peuvent nous apprendre, à ce qu’ils peuvent faire résonner en nous. C’est en marchant sur la pierre, en respirant la brune fine des cascades, en sentant sur notre corps la chaleur des eaux qui vient du centre de la terre, en écoutant le chant de la mer et le ressac des vagues , en prenant le temps être touché par la Terre qui nous parle de mille façons que nous pourrons établir notre nature de chamane, dans cette relation intime qui n’appartiendra qu’à nous.

2017-11-22T16:32:53+00:00